LE TEMPS PASCAL…

Passés par la mort avec Jésus afin de marcher, par sa Résurrection, dans une Vie nouvelle (Rom. 6, 3-4), nous avons accompagné les catéchumènes et les nouveaux baptisés durant le carême et les jours de Pâques ; nous avons renouvelé avec eux notre baptême dans l’eau et dans l’Esprit.

La célébration de la Résurrection du Christ ne marque pas un point final dans nos existences de baptisés. Car si Jésus est mort et ressuscité pour nous, c’est pour que nous vivions, et que nous vivions de sa Vie. Avec les disciples, nous avons trouvé, au matin de Pâques, le tombeau vide ; et, comme pour eux, il nous faut du temps pour reconnaître dans nos existences, par-delà l’absence et le doute, la présence du Ressuscité. Pâques célébrée dans la joie, il nous faut encore nous rendre disponibles pour recevoir le don de l’Esprit-Saint envoyé par le Père afin que la Résurrection du Christ porte du fruit en nous (Jn 13).

C’est pourquoi l’Eglise ne revient pas tout de suite à la liturgie du temps ordinaire, mais propose un temps de cheminement vers la Pentecôte, un temps de cinquante jours pour déployer, approfondir le mystère de la mort et la Résurrection du Christ et goûter la Vie nouvelle à laquelle nous appelle Jésus.

Avec les néophytes, tout au long du temps pascal, pas à pas, nous sommes invités à revisiter le sens de Pâques, à nous en imprégner et donc à en vivre… Le temps pascal a été appelé cinquantaine d’allégresse car chaque jour résonne du chant de l’Alléluia : pour chacun de nous, c’est un temps privilégié pour avancer dans la lumière de la Résurrection du Christ et pour rendre grâce.

Christ est ressuscité, alléluia !


« Pourquoi m'intéresser au christianisme ? La collection de dogmes de quelque Église que ce soit (...)


Découvrez, sur la web TV / lyon fourvière, le message de Pâques du cardinal Philippe Barbarin. (...)


Vendredi Saint, 18 avril 2014, le Chemin de Croix diocésain était animé par le père Charles (...)